L’ÉQUIPE

L’équipe actuelle se compose de 4 personnes : 

LauraDSCN2879, 31 ans
 Intéressée par les questions d’éducation depuis une dizaine d’années, j’ai été active dans divers secteurs concernant l’enfance. L’animation a été la première pierre de mon cheminement. Aujourd’hui directrice de camp aux éclaireuses et éclaireurs de France, l’animation est pour moi un terrain d’expérience au travers duquel je continue à mettre en pratique mes réflexions pédagogiques.

En parallèle, j’ai obtenu le concours de professeurs des écoles et exercé durant deux ans dans l’académie de Toulouse. Durant cette période j’ai eu l’occasion d’adhérer au mouvement de la pédagogie Freinet et de questionner le modèle de l’éducation nationale, cherchant, avec beaucoup de difficulté, à appliquer mes convictions éducatives dans l’organisation de mes cours.

La découverte des écoles démocratiques m’a permis de trouver un modèle correspondant à mes valeurs, prônant la liberté, la responsabilité de chacun-e, et la confiance en l’être humain.

J’ai, depuis, donné ma démission à l’éducation nationale. C’est donc à travers le projet de l’école démocratique du Tarn que je porte, que se poursuit actuellement la mise en œuvre de mes intentions pédagogiques.

Claire, 29 ansDSCN2876.JPG

Petite, je voulais être « maîtresse ». J’avais un cahier où je notais des idées pour plus tard, pour donner envie d’apprendre à mes futur-e-s élèves. Je sentais ce décalage entre la posture des profs et ce à quoi mes ami-e-s et moi aspiraient et je voulais me rappeler ce qui était important dans la tête d’une élève. J’ai grandi, imaginé d’autres possibles pour ma vie mais la question de l’éducation est revenue en 2012 comme une évidence. Aspirant à vivre dans un monde juste et épanouissant, je ne voyais pas comment ne pas commencer par là. J’ai plongé dans les sciences de l’éducation et l’animation pour consolider ma théorie et ma pratique. Je me suis impliquée chez les Éclaireuses Éclaireurs de France, découvrant les associations d’éducation populaire et le scoutisme laïque. J’y ai organisé des séjours, accompagné des enfants et des jeunes à développer leurs propres projets, puis formé des animateurs et animatrices. J’y ai développé une compréhension des besoins et des rythmes de l’enfant, une réflexion sur la mise en place de règles et de sanctions, sur la posture de l’adulte et les compétences relationnelles. Je me suis beaucoup intéressée à l’éducation non-violente, en lien avec le Centre de Ressources de Colomiers et la lecture d’Isabelle Filliozat. J’ai travaillé sur les cercles de paroles et la médiation par les pairs. Ça me passionnait de découvrir toutes ces pratiques recherchant le respect de l’enfant et son épanouissement global. J’ai pu travailler en école primaire et en lycée, où j’ai bien vu combien le fonctionnement de l’Institution est inadaptée aux enfants. Je me disais, « un jour, je créerai une école » et ça me satisfaisait. Et puis, au détour d’une conversation avec une amie, je découvre l’éducation démocratique et son projet de création d’école. C’est le déclic dont j’avais besoin : si elle peut créer une école, alors moi aussi ! Pourquoi repousser le moment de faire exister les structures auxquelles on aspire ? J’ai continué ma formation (et je ne compte pas m’arrêter!) en Écoute Centrée sur la Personne et en éducation relationnelle avec Brigitte Cassette et en Approche et Transformation Constructives des Conflits®avec l’A.T.C.C. Institut. Aujourd’hui, je me sens appelée à pratiquer la Communication NonViolente et à m’outiller en « déconstruction des dominations ».

DSCN2889Sietske, 36 ans

De nationalité Néerlandaise, je suis arrivée en France à l’âge de 6 ans. J’ai eu dès mon entrée au CP une posture un peu « rebelle », parce que mes parents étaient très critiques de l’école « à la française » et le fonctionnement ne me convenait pas, je trouvais les enseignants très stricts et j’étais insatisfaite du rapport à l’enseignant, j’avais aussi l’impression de ne pas pouvoir m’exprimer. De façon générale j’ai l’impression d’avoir perdu énormément de temps à faire des choses que je n’avais pas envie de faire, et à m’ennuyer!

Passionnée de langues étrangères et de voyages, j’ai commencé à travailler dans l’éducation après avoir fait des études d’anglais, d’espagnol et de français langue étrangère.

J’ai commencé à enseigner en Écosse en tant qu’assistante de langues auprès de jeunes de 6 à 16 ans, puis à Barcelone, dans diverses écoles privées pour adultes, enfants et adolescents. En 2010 j’ai passé le CAPES pour devenir professeur d’anglais en collège, j’ai enseigné pendant 5 ans dans différents collèges. J’étais très à l’aise avec les jeunes, et beaucoup moins avec ma hiérarchie et mes collègues. Je sentais que quelque chose ne fonctionnait pas vraiment pour moi.

L’arrivée de mes deux enfants en 2013 et 2015 a été un élément déclencheur pour moi. J’ai commencé à me questionner sérieusement sur l’éducation dans son ensemble, et en les voyant grandir j’ai compris un élément essentiel: quand les enfants sont libres, ils peuvent explorer en toute confiance ce qui les intéresse et apprendre ce qui est présent pour eux.elles.

Ma rencontre avec Claire et Laura en janvier 2017 a tout chamboulé pour moi,j’ai découvert l’éducation démocratique,j’ai intégré le projet et je suis très vite devenue porteuse du projet avec elles. J’ai à cœur d’offrir un espace où les jeunes seront libres de choisir leurs activités dans lequel ils.elles auront un vrai pouvoir de décision.

Je suis très intéressée par la Communication Non Violente, j’ai participé à un groupe de pratique CNV pendant un an et ma formation en CNV est continue! J’ai aussi à cœur de continuer mes réflexions sur les nouvelles formes de gouvernance partagée et d’organisation collective, en pratique continue à l’Ecole Démocratique du Tarn.

J’ai grandi sur une ferme, en maraîchage et élevage bio. J’aime être dehors et le contact avec la nature est très important pour moi. Et j’adore chanter !

Victor, 30 ans

Après être passé par le journalisme, je découvre le monde de l’éducation un peu par hasard lorsque j’accepte un poste d’asssistant pédagogique dans un collège de Seine-St-Denis. Sans formation particulière, je me retrouve en charge d’enfants « en décrochage » au sein d’une classe relais. La mission est aussi passionnante que difficile. De très nombreux questionnements me viennent rapidement sur le rapport à l’enfant, le cadre éducatif, la pédagogie… Je dois y voir plus clair.

Me voilà alors en master de Sciences de l’éducation à Paris 8 option « Éducation Tout au Long de la Vie » où je travaille en profondeur la théorie de l’Éducation pour la mêler à mon terrain de recherche au collège. Mon mémoire s’intitule L’éducation alternative au collège pour un accompagnement des élèves en décrochage.

Cinq ans après mon premier jour au collège, un diplôme en poche et conforté par mon expérience auprès de nombreux enfants, je ressens le besoin de quitter l’Éducation Nationale pour découvrir l’éducation démocratique en vrai. Ressourcé par un beau voyage outre-Atlantique, je fais mes premiers pas à l’Atelier des Possibles (38), puis m’investis au sein de Colycolam (07). Je suis conquis par cette philosophie mêlant apprentissage libre, responsabilisation et développement d’un savoir-être nouveau pour moi.

Aujourd’hui, je me sens plus que jamais investi d’une vocation à accompagner et soutenir les enfants vers l’épanouissement et l’émancipation des rapports de domination. À côté, je fais de la guitare, de la boxe, de la photographie, de la moto, de la sculpture et des montages visuels.


Vous vous posez la question du rôle de l’équipe pédagogique dans l’école ? Notre réponse ici.

Fièrement propulsé par WordPress | Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑